Les poches perçées, le ventre plein

Posté dans : Activités, Jobs, NSW, Rencontre | 0

Coucou tout le monde, nous revoilà !

Au programme, boulot, rencontres, et nourriture !!!!

Le boulot

Déjà deux mois que nous sommes retournée faire fortune à Woolgoolga. Alors quand je dis fortune, c’est pour le moment très ironique. Deux mois, que l’on travaille seulement quelques heures, pour un salaire misérable. En moyenne, on touche entre 190 dollars et 300 dollars par semaine. Insuffisant pour prendre une maison pour l’hiver, insuffisant pour mettre de côté réellement.

Seulement 400 dollars on réussi à être sauvé à la banque en deux mois, triste bilan. La saison n’arrive pas, il fait trop froid. Chaque semaine on se dit, « la semaine prochaine sera mieux, il y a de superbes grappes vertes prêtent à mûrirent » malheureusement, elles restent vertes ! Du nouveau en tout cas maintenant chez notre principal farmer : Terry, jeune Indien, fils de Bennings (une des principales fermes de blueberries à Woolgoolga), se lance en solo, cherche l’indépendance, cherche à développer sa ferme. En gros avec lui, y a moyen de travailler bien et longtemps, pourquoi pas même décrocher un sponsor-ship !

En résumé, nous travaillons pour lui pour 14 dollars de l’heure, les champs sont très faciles, plats, de gros fruits, des arbres jeunes, que demander de plus. Le seul inconvénient, il faut une demi-heure de route pour aller jusqu’à sa ferme. Quand il n’y a plus de fruit, il essaie quand même de nous donner une à deux journées de plus de travail, désherbage, engrais, réparations des filets anti-oiseau etc… Parfois, on pack ses fruits, vu que l’on connait très bien les machines, et toutes les différentes opérations de chaîne, on est devenu des workers intéressants pour lui, car très polyvalents. A partir de la deuxième semaine de Juillet, nous allons être régularisé, il va nous déclarer et nous payer 22 dollars de l’heure. L’opération « augmentation » à été un franc succès, le tout en subtilité et douceur ! On pense qu’il aimerait nous garder pour toute la saison, il y a du travail, on est bon worker, polyvalent, motivé, loyal. On pense donc miser sur une sorte de deal, on reste toute la saison chez toi, on enchaîne les différents jobs, des heures, mais c’est 1000 dollars minimum par semaine. On y pense, on verra ça quand la saison sera plus avancée.

La vie de tous les jours

Question van, et bien c’est un peu rude, il fait froooid ! On essaie de prendre des douches chaudes chez les ami(e)s (parce que les froides en hiver c’est vraiment pas cool), on remplit des bouteilles d’eau bouillante pour glisser dans le lit pendant la nuit. Sinon question activité, Caroline a peint la « boule » du van, c’est…original !
Voilà; ça c’était la partie « travail-pauvre » qui concerne seulement 20 pour-cent de la semaine, maintenant on va vous parler de la partie ventre plein.

Ventre plein

L’hiver c’est bien connu, on mange beaucoup plus ! On fait des repas chaleureux entre amis. Ces dernières semaines, on peut dire qu’on les enchaînent ! Tellement que la sensation de faim à complètement disparue, vous savez, comme à Noël ! On se retrouve principalement chez Vilay, dans cette toute petite maison, à peine terminée.

Vilay vit avec trois Japonais, Shiori (une japonaise que nous connaissons depuis la dernière saison); Hidéo, 30 ans, le champion de bilboquet de la maison, et enfin Saori, 30 ans, une vrai « maman », adorable, toujours de bonne humeur, trop « kiki » quoi ! Trois à quatre fois par semaine, on se retrouve pour partager un repas, ou plutôt des repas. Chacun cuisine un plat, une entrée, un dessert. Caroline et Julien mise sur les desserts, les Asiatiques cuisinent plutôt salé, alors nous on s’occupe du sucré. Galettes aux pommes, crumble aux fruits (BZH représeeeeente), fraises au romarin, des dessert super bon, facile et peu cher ! Le crumble rencontre un grand succès, tellement facile à faire, les Japonais le font d’eux même à présent.

On découvre des plats, des recettes, des noodles, soupes, tellement de choses variées. C’est ce qui nous à décidé à lancer le blog de cuisine sur notre site.

Bien sur, toutes ces soirées amène toujours plus de rencontre, Japonais, Taïwanais, beaucoup de français, italiens, allemands etc…

Cette semaine, nous avons eu une surprise, Ayla, une amie de la dernière saison est venu de Sydney ! Ayla, c’est une jeune Italienne de 22 ans, danseuse classique de profession, parlant cinq langues. On ne peut qu’aimer Ayla, elle est magnifique, grande, dynamique, souriante, positive ! On était donc super content de la voir pendant trois jours. Ce qui, évidemment, à donné lieu à deux repas chez Vilay (pas trois car le deuxième jour c’était dîner au Temple). Après manger, on s’installe dans les canapés, on discute, on joue au bilboquet (ne riez pas c’est complètement différent de chez nous et très difficile, Julien a  un sacré coup de main d’ailleurs), on joue du Didgeridoo, ou encore on regarde le Master Chef Australien (assez navrant quand vous regarder Top Chef en France). Nous avons donc passé trois jours à lambiner dans les canapés sous une couverture, une tasse de thé à la main, où à cuisiner pendant des heures, puis faire la fête. Mode hiver !

Voilà, le prochain article on l’espère sera sur le lancement tant attendu de la saison des blueberries, … bon sinon au cas où on aura un autre thème : Notre première sharehouse en Australie !!!!

Kénavo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.