Deuxième semaine de vacances

Notre deuxième semaine de vacances commence à Forster. Une ville portuaire également. Chouette endroit, de belles plages comme d’hab. On peut y observer des dauphins très facilement. La ville est séparée par un long bras de mer, les mamans dauphins y emmènent leurs petits pour leurs apprendre à chasser. On peut donc les observer toute la journée. Nous c’est surtout les pélicans que l’on à observer. Ils espèrent leurs parts de pêche face aux mouettes, ils sont très drôles, mais très imposants. Il y aussi de grandes dunes de sable (on peut surfer dessus, un peu comme du snowboard ou de la luge).

Après Forster, on arrive à Port Stephen. C’est un très bel endroit, genre sable blanc et eaux turquoises. Malheureusement, à chaque fois que l’on arrive à un endroit type « paradisiaque » et bien…il fait moche. Donc le ciel est gris, les plages tristes. On décide de prendre un caravan park pour la nuit, en espérant un peu de soleil pour le lendemain.On prend le temps de se reposer, ranger le van, lire, pêcher, et nourrir tous les petits lapins qui se balade dans le camping. Le soleil arrive le lendemain, on fait une petite ballade pour admirer le paysage, on croise des énormes araignées, un gros varan, et on voit des dauphins au loin. Puis nous reprenons la route en direction de la Hunter Valley, nous dormons sur une aire d’autoroute très tranquille.

Voilà, enfin la Hunter Valley est proche, direction Singleton comme point de départ. Après avoir pris toutes les paperasses au centre d’information, nous étudions tous les vignobles à voir et traçons un itinéraire. Durant deux jours, nous sommes allé à Broke, Pokolbin, Cessnock. Gouter du vin (beaucoup de Shiraz notemment), visiter une fromagerie (oooooh que de sensations retrouvées), un énorme jardin de 60 hectares, dont vous pourrez trouver les photos ici. Julien à gouté beaucoup de bons vins, dépenser pas mal aussi. C’est surtout très frustrant de dégusté tant de bons vins et ne pas pouvoir en acheter pour le conserver. Hé oui, Rambo n’est pas non plus équipé d’une cave à vin électrique, faut pas exagérer, on doit déjà être les seuls à avoir de vrais verre à vin dans un van. Le paysage est très beau, très vert et montagneux. La découverte des vins australiens fera l’objet d’un prochain article spécifique.

Après la Hunter Valley, que nous quittons avec regret, nous allons à Lake Macquarie. Il y a des Caves Beach à voir. C’est très sympa, il y a de nombreuses petites piscines naturelles qui donnent vraiment envie d’aller faire trempette. Dans certaines, des poissons ont été piégés, les mêmes qu’a Nambucca, qui se gonfle avec des petites pointes sur tout le corps. Vers 17h, nous reprenons la route pour se rapprocher de Gosford. Les copains arrivent dans moins de trois jours, nous essayons de nous rapprocher toujours plus de Sydney.

Le lendemain nous arrivons à Gosford, qui est la dernière grosse ville avant Sydney. Comme d’hab, nous allons au centre d’information voir ce qu’il y a faire. Nous nous dirigeons vers Terrigal, petite ville balnéaire, très sympas (avec enfin des vrais magasins de fringues pour Caro qui désespère de la mode vraiment pourri en Australie). Après une pause déjeuner et shopping, nous allons à Avoca Beach (référencé dans un livre « les 100 plus belles plages d’Australie »). Bon un peu déçu, parce que ça n’a rien de fou, mais c’est un très bon spot à surf. On décide de se ballader sur la côte, et la ça devient interessant. C’est comme une immense terrasse de pierre au-dessus de la mer entouré de falaises. C’est très beau. Il y a des petites piscines encore une fois, mais l’eau y est brulante. C’est d’ailleur un vrai cimetière à crabes. Julien trouve quand même le temps de se baigner dans la plus profonde des piscines (avec grâââce et souplesse). Et pour finir nous avons visité le petit jardin japonais.

Le lendemain nous partons pour aller voir une cascade, juste à côté du Australian Reptile Park (que nous avions visiter à la sortie de Sydney nos premiers jours). On y passe la journée, on descend à la cascade, on s’y baigne. L’eau est fraiche et pour une fois ne tiraille pas la peau comme l’eau de mer, ça fait du bien. Il fait beau, la forêt est belle, c’est un parfait dernier jour en campagne. En soirée, nous allons jusqu’à Uruna, dormir sur un parking. Nous nous couchons tôt car demain, le réveil sonnera à 5h du matin, pour filer jusqu’à l’aéroport de Sydney.

Le 12 février, à 5h du matin, il fait encore nuit, mais deux Bretons se prépare à conduire jusqu’à Sydney. La route de nuit est dangereuse, on y voit rien dans les rétro, il y a de frais cadavres de kangourous sur les bords de routes. La conduite se passe bien, juste un peu de stress car il y a beaucoups de monde sur la route, ils vont tous bosser à Sydney. Nous arrivons à l’aéroport 10 min avant l’heure d’arrivé des copains. On se mords un peu les dents, quand on passe la barrière du parking de l’aéroport (25 dollars les deux heures) mais il n’y a pas de parking gratuit. Après un petit dej englouti à la va-vite, nous arrivons au Terminal et attendont les copains, avec nos belles pancartes en l’air. Enfin après plus d’une heure d’attente ils arrivent, on les trouve tout blanc, c’est drôle, on est content de les voir ! S’en suit deux jours passé ensemble sur Sydney, à chercher des vans, régler banques et autres paperasses…
Une nouvelle aventure commence, une aventure à cinq, à cinq français, dommage pour notre anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.